Historique

La Coalition possède une histoire en lien avec la conjoncture historique et politique du marché du travail au Québec. Voici un bref rappel historique des événements qui ont conduit aux actions et à la reconnaissance de la Coalition comme acteur à part entière du développement de la main-d’œuvre au Québec.

1991

Le gouvernement du Québec publie, en réponse aux mesures fédérales, l’énoncé de la politique sur le développement de la main-d’œuvre Partenaires pour un Québec compétent et compétitif. Celui-ci préconise la création de la Société québécoise de développement de la main-d’œuvre (SQDM). La stratégie québécoise propose notamment l’instauration d’un véritable partenariat par la création d’une société qui doit bénéficier d’une large autonomie, grâce au raffermissement de l’approche sectorielle et l’imbrication des politiques et des interventions en matière de main-d’œuvre avec celles du développement régional et de l’emploi. Les dirigeants patronaux et syndicaux délaissent la Conférence permanente sur l’adaptation de la main-d’œuvre pour siéger au conseil d’administration de la SQDM.

1992

Le milieu communautaire, préoccupé par le développement de la main-d’œuvre, s’organise et forme une coalition pour le représenter. En novembre 1992, à la suite de plusieurs présentations devant la Commission parlementaire traitant de la création de la SQDM, le milieu communautaire obtient un siège au sein du conseil d’administration de la SQDM dans la catégorie main-d’oeuvre. C’est la Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre (COCDMO) qui est alors reconnue comme mandataire du milieu communautaire. Dans les années qui suivront, elle poursuivra sa représentation auprès de plusieurs instances, notamment lors du sommet économique de 1996.

1997

Le 21 avril 1997, après la ratification de l’entente Canada-Québec sur le partage des responsabilités en matière de main-d’œuvre, le gouvernement du Québec adopte la Politique active du marché du travail (PAMT) qui donne naissance à Emploi-Québec, une unité autonome de services remplaçant la SQDM. S’en suit une restructuration complète des services publics d’emploi. Le conseil d’administration de la SQDM devient la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) avec l’adoption de la loi créant le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Le milieu communautaire, par le biais de la Coalition, obtient d’abord deux sièges à la CPMT, puis un troisième, à la suite de l’adoption de la Loi sur le soutien au revenu et favorisant la solidarité sociale. De plus, la Coalition reçoit deux sièges à chacun des Conseils régionaux des partenaires du marché du travail (CRPMT) afin de représenter adéquatement les populations marginalisées et exclues dans toutes les régions du Québec.

1998 à 2008

La Coalition travaille à diverses questions touchant l’emploi et la formation au Québec. Elle participe, par ses différentes propositions et recommandations, aux débats sociaux et consultations publiques entourant les réformes et politiques du gouvernement. Parmi ceux-ci, soulignons notamment le projet de loi C-12 sur la réforme de l’assurance-chômage, le projet de loi 86 sur le soutien du revenu et favorisant l’emploi et la solidarité sociale, loi qui sera remplacée plus tard par la Loi sur l’aide aux personnes et aux familles. De plus, la COCDMO participera aussi aux travaux entourant le projet de politique d’éducation des adultes dans une perspective de formation continue, ainsi qu’au rapport de la mise en œuvre de la loi 90, favorisant le développement de la main-d’œuvre.

2009

La Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre est plus active que jamais et participe pleinement aux différentes instances liées au marché du travail, dont, au premier titre, la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT). En collaboration avec ses partenaires, la Coalition poursuit toujours l’objectif de promouvoir et défendre les intérêts des personnes exclues ou éloignées du marché du travail. Elle tend également à mieux faire connaître le travail des organismes communautaires impliqués dans la formation et le développement de la main-d’œuvre. Au cours de cet exercice, une entente entre la Coalition et plusieurs de ses réseaux membres a formalisé le rôle central de porte-parole que joue la Coalition quant aux préoccupations partagées par les organismes de développement de la main-d’œuvre et les réseaux qui les représentent.

2010

Dès le début de l’année 2010, le calendrier de la Coalition a été rempli par les travaux relatifs à la Rencontre économique convoquée par le premier ministre en poste, Jean Charest, à Lévis. Pour l’occasion, la COCDMO a démontré son leadership en rédigeant une lettre d’opinion publiée dans Le Devoir et réunissant les principaux partenaires du milieu communautaire. Celle-ci faisait état de nos propositions quant à la relance de l’économie québécoise et soulignait l’importance de poursuivre les actions qui ont contribué à amoindrir la crise économique au Québec, dont les actions en faveur de la formation de la main-d’œuvre. De même, la Coalition a poursuivi ses efforts d’actualisation et de consolidation de ses outils de communication, notamment en publiant la brochure Quelques bons coups des organismes communautaires œuvrant au développement de la main-d’œuvre. Ce nouveau document a constitué une belle vitrine pour les initiatives mises en relief et a permis l’identification de pratiques novatrices des organisations intervenant auprès des personnes éloignées ou exclues du marché du travail. Enfin, en plus de participer à divers groupes de travail et réunions ponctuelles variant au rythme de la conjoncture, la COCDMO a suivi étroitement les consultations menées dans le cadre des Rendez-vous de la solidarité entrepris par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, monsieur Sam Hamad, en vue de l’élaboration du Plan d’action gouvernemental pour la solidarité et l’inclusion sociale 2010-2015.

2011

Comme à l’habitude, c’est principalement par le biais de représentations auprès d’instances gouvernementales et de la société civile que le mandat de la COCDMO s’est déployé. Notons, à ce titre, une rencontre en décembre 2011 avec la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale de cette période, madame Julie Boulet, et les membres de son cabinet. Un tel rendez-vous a constitué un moment pour échanger et contribuer à maintenir les relations constructives que nous avons su bâtir au fil du temps avec l’équipe du Ministère. De plus, la COCDMO a maintenu sa contribution à l’ensemble des dossiers statuaires de la CPMT, mais plus spécifiquement aux grands chantiers, notamment en réagissant aux processus d’élaboration des mesures de déploiement du projet Investissement-compétences, au rapport sur les pratiques de gouvernance de la CPMT et aux suites de la démarche sur l’adéquation formation-emploi. La Coalition a aussi été porteuse d’un projet de partenariat entre la CPMT et le Chantier de l’économie sociale en vue de l’obtention d’une contribution de la Commission à la tenue du Forum international de l’économie sociale et solidaire (FIESS) tenu en octobre 2011, et ce, par le biais des initiatives de la CPMT.

2012

Dans un contexte où tous les acteurs socioéconomiques et gouvernementaux se sont affairés à trouver des solutions pour pallier la pénurie de main-d’œuvre annoncée, force est de constater que les besoins de qualification des individus en emploi et en démarche d’insertion se sont révélés d’autant plus cruciaux. La Coalition a donc réitéré sur plusieurs tribunes l’importance de veiller au financement adéquat des services publics d’emploi et à l’adaptation des mesures et programmes permettant un parcours d’accompagnement complet sur le marché du travail. À cet effet, notons particulièrement notre avis Miser sur nos forces en favorisant le développement de notre plus grande richesse : notre main-d’œuvre, publié dans le cadre des consultations prébudgétaires, ainsi que notre participation au cahier spécial du quotidien Le Devoir sur la formation continue. Sur le plan de la vie associative, l’année 2012 marque la continuité de l’adhésion des membres nationaux au protocole d’entente de représentation nationale. La signature de cette entente a ainsi réaffirmé le rôle central de porte-parole que joue la Coalition, quant aux préoccupations partagées par les organismes de développement de la main-d’oeuvre et les réseaux qui les représentent. De même, ce fut l’occasion pour l’équipe de travail de débuter la mise en application des nouvelles orientations stratégiques. Également, tout au long de l’année, des activités au Conseil d’administration ont permis de traduire les orientations stratégiques en un plan d’action concret, bénéficiant de l’apport de chacun de ses membres.

2013

Cette année en fut une de transition pour la Coalition, dans la foulée des orientations découlant de la planification stratégique. Au plan politique, nous dûmes nous adapter rapidement au changement de gouvernement à Québec, alors qu’au même moment, les personnes prestataires de l’assurance-emploi subissaient un affront de plus de la part du gouvernement fédéral. Parmi les grands dossiers qui ont mobilisé l’équipe de la Coalition et sollicité la participation active de ses représentants, notons La stratégie de mobilisation pour l’emploi, Tous pour l’emploi : une impulsion nouvelle avec les partenaires, a été lancée le 8 février 2013 par la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS), madame Agnès Maltais. De plus, la Coalition a été porteuse d’un projet intitulé Reconnaissance et valorisation des compétences acquises en entreprise d’insertion. Dans le cadre des consultations en vue de la préparation du budget 2013-2014, la Coalition a présenté un mémoire qui a insisté sur la nécessité de favoriser le développement des compétences de la main-d’oeuvre, notamment par un financement adéquat des services publics d’emploi. En tant que partenaire national, la Coalition a participé, une fois de plus cette année, au comité national de coordination de la Semaine québécoise des adultes en formation (SQAF), comité dont le rôle est de recommander les budgets et les orientations stratégiques et communicationnelles de la SQAF au conseil d’administration de l’ICÉA, et ce, en prenant en considération les points de vue des différentes instances consultatives (tables régionales, bailleurs de fonds, etc.). La brochure Quelques bons coups des organismes communautaires dédiés au développement de la main-d’œuvre : un lieu de formation qui mène vers l’emploi, a été lancée en novembre, en présence de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, madame Agnès Maltais, ainsi que plusieurs partenaires du milieu de l’éducation et du marché du travail. L’importance de saisir cette opportunité extraordinaire que crée le marché du travail actuel pour donner une chance à ceux qui veulent l’intégrer.

2014

Les travaux en cours comprennent notamment la participation active au Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CCLPES), au sein duquel monsieur Frédéric Lalande, directeur de la COCDMO a été nommé pour  représenter les organismes communautaires. Aussi, l’équipe a produit deux vidéos illustrant le parcours de personnes immigrantes ayant obtenu un travail grâce au soutien d’un organisme spécialisé en employabilité. Les capsules ont été conçues dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation (SQAF).  De plus, un mémoire a été déposé au cours des consultations prébudgétaires 2014-2015 du ministère des Finances et de l’Économie. Enfin, une veille assidue est assurée concernant les grands dossiers qui concernent le secteur du développement de la main-d’oeuvre dédié aux personnes sous-représentées sur le marché du travail, particulièrement la réforme de l’assurance-emploi, la Subvention canadienne pour l’emploi et les ententes sur le marché du travail, ainsi que les modifications apportées à l’aide sociale, à titre d’exemple.

2015

Le projet de loi 70 reprend des intentions gouvernementales annoncées dans le budget 2015-2016, soit d’améliorer l’adéquation formation-emploi, notamment par le renforcement du rôle stratégique de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) et d’améliorer l’insertion en emploi des prestataires de l’aide sociale par le biais d’un programme intitulé « Objectif Emploi ». La Coalition a réuni son comité politique autour d’une réponse concertée au projet de loi. Cette réunion a permis de définir les grands paramètres de la position du secteur. Ainsi, un mémoire fut produit et déposé auprès de la Commission de l’économie et du travail de l’Assemblée nationale, qui fut présenté aux parlementaires le 10 février 2016. En plus des activités menées en lien avec le projet de loi 70, la Coalition a organisé deux ateliers lors de l’Assemblée mondiale du Conseil international d’éducation des adultes, tenue en juin 2015. Concernant l’enjeu de l’adéquation formation-emploi, la Coalition a été approchée par Stagem, entreprise d’insertion et Barrette, entreprise manufacturière, pour le développement d’un projet de stages rémunérés visant l’insertion en emploi de personnes éloignées du marché du travail. Il s’agit pour la Coalition d’une manière concrète d’appréhender l’enjeu tout en fournissant une preuve supplémentaire de la contribution positive du secteur. Dans le cadre des consultations sur le prochain plan de lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale, en amont de la production du mémoire de la Coalition, le Comité consultatif Jeunes (CCJ) et la COCDMO ont mené un exercice de réflexion et de consultation ouvert à tous les membres.

2016

La raréfaction de la main-d’œuvre rend la participation des personnes éloignées du marché du travail plus cruciale que jamais. Nous sommes convaincus que le marché de l’emploi ne pourra se réguler de lui-même si nous n’accompagnons pas adéquatement les personnes qui constituent la main-d’œuvre de demain. Différents dossiers ou événements nous ont amenés à réitérer cette position et à mettre en valeur le travail des organismes communautaires en employabilité. L’adoption de la loi 70 et la consultation autour du plan d’action concerté en adéquation formation-emploi ont aussi laissé présager un nouveau rôle pour les conseils régionaux des partenaires du marché du travail. La Coalition s’affaire à renforcer leurs rôles et les soutenir. La Rencontre nationale 5-6 décembre tenue par la CPMT a permis d’entamer cette discussion avec nos représentants régionaux. Le Rendez-vous de la main-d’œuvre en février réunissait les partenaires syndicaux, du milieu des affaires, de l’éducation, de la formation ainsi que les organismes de la société civile autour de thème tels que l’attraction, l’intégration et le maintien en emploi de la main-d’œuvre dans une société en changement. La Coalition a publié un communiqué insistant sur le fait que l’accès à une formation qualifiante est certainement le moyen le plus sûr d’améliorer l’inclusion et la capacité d’adaptation du marché du travail.