11
décembre
2017
Communiqué: La COCDMO salue le dépôt du Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023

Suite au dépôt du Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023, la Coalition réagit à chaud avec quelques commentaires.

Un document d’information présentant une analyse plus exhaustive suivra dans quelques jours.

QUÉBEC, le 10 décembre 2017 – La Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre (COCDMO) accueille avec satisfaction la présentation du Plan gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale. Nous approuvons particulièrement la bonification de l’aide de dernier recours pour les personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi et la promesse de protéger ces revenus (via l’implantation d’un « revenu de base » à préciser), mais sommes déçus du maintien des catégories de l’aide sociale, génératrices d’injustices et de préjugés. « Le gouvernement a consenti un effort financier très significatif pour ce troisième plan de lutte à la pauvreté ; il aurait été plus juste de le faire dans un cadre plus inclusif que les actuelles catégories de l’aide sociale. Le Québec devrait viser à ce que l’ensemble des personnes soient protégées de la pauvreté extrême, sans lien avec leur statut sur le marché du travail. » déclare Richard Gravel, vice-président de la Coalition.

De fait, le Plan d’action agrandira considérablement l’écart entre les personnes avec contraintes (+41,4 % de revenu disponible en 2023) et les personnes sans contraintes (+5,8 % de revenu disponible en 2023). Le sort des travailleurs à faible revenu est également préoccupant. Ceux-ci bénéficieront de la bonification de la Prime au travail, mais la non-disponibilité de mesures adaptées à leur situation, telle que de la formation en milieu de travail, de la francisation ou du soutien au maintien en emploi restera problématique. Ces mesures sont inhérentes à des emplois de qualité, conditionnels à une sortie de la pauvreté. « Les personnes éloignées du marché du travail et les travailleurs pauvres ont besoin de mesures adaptées, flexibles et capables de les accompagner vers une amélioration durable de leur condition. Grâce au travail des organismes communautaire d’insertion et d’intégration en emploi, notamment, le Québec fait bien à cet égard, mais pourrait faire tellement mieux ! » de conclure M. Gravel.

Actualités récentes :