23
mars
2015
Semaine du 16 au 22 mars 2015

Nouvelles de nos membres et de la Coalition

Appel à soutenir financièrement l’Assemblée mondiale et l’ICÉA

À la veille de son 70e anniversaire, l’ICÉA s’est vu confié la responsabilité de l’organisation de l’Assemblée mondiale du Conseil international pour l’éducation des adultes (CIÉA). Dans trois mois, se tiendra le plus important rassemblement international de la société civile en éducation des adultes. L’événement bénéficie d’un financement du Gouvernement du Québec. Toutefois, le principal des ressources pour assurer le succès de l’événement repose sur le soutien des membres individuels et associatifs de l’ICÉA. C’est pourquoi, le conseil d’administration lance un appel à contribuer généreusement à la campagne annuelle de financement 2015,entièrement dédiée à la participation des délégations en provenance des pays du Sud.

Pour contribuer, cliquez ici.

Section spéciale: Modifications réglementaires à l’aide aux personnes et aux familles

Projet de modification du règlement d’aide sociale – Un large front du mouvement social s’oppose aux coupes à l’aide sociale

À l’invitation du Collectif pour un Québec sans pauvreté, plusieurs organisations nationales ont pris part à une conférence de presse ce matin pour exiger que le nouveau ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Sam Hamad, abandonne le projet de modification au règlement d’aide sociale annoncé par son prédécesseur, M. François Blais.

Source: CNW Telbec, publié le 16 mars 2015

L’aide sociale ou l’itinérance

 » Les change­ments au pro­gramme d’aide so­ciale an­noncés par le gou­verne­ment du Québec en­traîneront de l’itinérance « , craint Robert Brunet, 65 ans, lui-même prestataire. Ce dernier s’est joint au cri du coeur de huit or­gan­i­sa­tions, lundi matin.

Source : Le Devoir, publié le 17 mars 2015

Modifications à l’aide sociale : La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse demande au gouvernement de reculer

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse recommande au gouvernement de ne pas donner suite à la plupart des modifications au Règlement sur l’aide aux personnes et aux familles annoncées au début de l’année parce qu’elles contreviennent à d’importantes garanties relatives aux droits économiques et sociaux protégées par le droit international et la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.

Dans ses commentaires sur le projet de règlement publiés aujourd’hui, la Commission se dit particulièrement préoccupée de l’impact discriminatoire sous-jacent des mesures analysées qui entretiennent des stéréotypes et des préjugés à l’endroit des prestataires de l’aide sociale et qui aggraveront les situations d’exclusion déjà vécues par ces personnes en situation de pauvreté.

Source: Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, publié le 20 mars 2015

Dévoilement du rapport du Protecteur du citoyen

Le Protecteur du citoyen souscrit aux objectifs du Règlement, qui sont notamment d’assurer une plus grande équité entre les prestataires d’aide financière de dernier recours et d’actualiser l’aide qui leur est offerte, de même qu’au principe selon lequel l’aide financière de dernier recours doit bénéficier aux seuls citoyens qui en ont réellement besoin. (…)

Le Protecteur du citoyen rappelle aussi que sa recommandation formulée en mars 2013 tarde à être mise en œuvre. Celle-ci visait à exclure du calcul des prestations d’aide de dernier recours les sommes reçues à la suite de la décision d’un tribunal ou d’un organisme public, pour compenser une perte d’intégrité physique ou psychique et ce, sans limite de temps, que ces sommes soient reçues en un seul ou en plusieurs versements.

Source: Protecteur du citoyen, publié le 18 mars 2015

Coupes à l’aide sociale: Québec accusé d’entretenir les préjugés

Les changements que le gouvernement Couillard souhaite apporter aux programmes d’aide sociale entretiennent les stéréotypes et les préjugés à l’égard des plus démunis, déplore la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, qui invite Québec à refaire ses devoirs.

La Commission a interpellé le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad, vendredi, afin qu’il renonce à donner suite à la plupart des recommandations formulées par son prédécesseur, François Blais.

Source: Journal de Québec, publié le 20 mars 2015

Cahier spécial du journal Le Devoir: Innovation sociale

Mobilise-toi et l’État t’aidera

« Nous sommes en train de fermer un grand chapitre de l’histoire du développement au Québec », affirme sans ambages Juan-Luis Klein, directeur du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), dont les bureaux sont situés à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Pour ce spécialiste des questions territoriales québécoises, très à l’écoute des aspirations et des inquiétudes de plusieurs organisations issues de la société civile, l’heure n’est pas à la rigolade. Chilien d’origine arrivé au Québec en 1974, Juan-Luis Klein connaît très bien son pays d’accueil. Diplômé de l’Université Laval en géographie économique, il a été chercheur à l’Université du Québec à Rimouski avant d’enseigner pendant 12 ans à l’Université du Québec à Chicoutimi, pour ensuite poser ses pénates à l’UQAM, où il est depuis 1993. Celui qui dirige le CRISES depuis 2009 tient à souligner qu’il n’est pas de nature pessimiste, mais qu’il constate tout de même les ravages de l’austérité.

Source: Le Devoir, publié le 21 mars 2015

Il faut construire un consensus social – «Sinon, tout le monde y perdra!», selon Marguerite Mendell

Le Québec possède une expertise unique en matière d’innovation sociale, constate Marguerite Mendell, professeure titulaire à l’École des affaires publiques et communautaires de l’Université Concordia et directrice de l’équipe de recherche sur l’économie sociale de cette université. C’est en outre une économiste de renommée internationale dont l’expertise est réclamée à travers le monde.

Source: Le Devoir, publié le 21 mars 2015

Mettre en réseau l’innovation en économie sociale

Qu’en est-il de la recherche dans le domaine de l’économie sociale ? Et des connaissances acquises sur le terrain ? Comment faire pour que ces connaissances et ces expériences puissent être partagées et transférées ? C’est le mandat que s’est donné Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS).

Cette organisation, reconnue et soutenue financièrement par le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations depuis 2013, est un organisme de liaison et de transfert en innovation sociale (OLTIS) et son champ d’intervention est l’économie sociale et l’entrepreneuriat collectif.

Source: Le Devoir, publié le 21 mars 2015

La Fiducie, secouée par la restructuration gouvernementale

La Fiducie du Chantier de l’économie sociale travaille en étroite collaboration avec ses partenaires qui évoluent dans les différents milieux de vie du Québec. Elle fournit le coup de pouce financier utile et nécessaire, une fois que les centres locaux de développement (CLD) et les autres développeurs locaux ont cerné les priorités en matière d’essor socioéconomique.

Source : Le Devoir, publié le 21 mars 2015

Insertion et intégration en emploi

Davantage d’ouverture réclamée pour les personnes handicapées

L’athlète en ski para-alpin Rémi Côté, paraplégique, dénonce le manque d’ouverture des employeurs par rapport à l’embauche de personnes handicapées et cherche des pistes de solution pour aider à l’intégration de celles-ci dans les milieux de travail.

Source : L’Avantage, publié le 20 mars 2015

Promotion et défense des droits

Lutte contre l’itinérance – La ministre Lucie Charlebois doit rendre publique l’entente de principe avec le gouvernement fédéral

Le député de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean‑François Lisée, ainsi que le député de Verchères et porte-parole en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes, Stéphane Bergeron, demandent à la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, de rendre publique l’entente qu’elle a signée avec le gouvernement fédéral, confirmant son abandon de l’approche québécoise en matière de lutte contre l’itinérance.

Source: CNW Telbec, publié le 17 mars 2015

La Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance – La ministre Lucie Charlebois rend publique l’entente entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, madame Lucie Charlebois, rend publique l’entente de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance entérinée hier par le Conseil des ministres et tient à réaffirmer son engagement pour venir en aide aux personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir, et ce, selon les orientations du Québec.

Source: MSSS, publié le 19 mars 2015

Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance – La ministre Charlebois confirme son abandon de l’approche québécoise en matière de lutte contre l’itinérance

À la suite des demandes répétées de l’opposition officielle, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, a finalement rendu publique, ce matin, l’entente de principe qu’elle a signée avec le gouvernement fédéral concernant la lutte contre l’itinérance. Cependant, comme l’a constaté le député de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean‑François Lisée, la ministre vient de confirmer, par le fait même, qu’elle a abdiqué devant Ottawa.

Source: CNW Telbec, publié le 19 mars 2015

Remonter dans le bus de la vie

Il menait une vie active, il avait des diplômes, un métier. Sa femme avait un plus gros job que le sien. Alors il a gardé le fort à la maison, il s’est occupé des enfants: les devoirs, les repas, le soccer. Il bossait un peu à la maison, à temps partiel. Tout allait bien, enfin, bien… Tout allait normalement, je veux dire.

Source: La Presse, publié le 21 mars 2015

La CAQ propose une probation de trois ans pour les immigrants

La Coalition avenir Québec (CAQ) souhaite accorder aux immigrants un délai de trois ans pour apprendre le français, assimiler les valeurs québécoises et démontrer leur volonté à s’engager sur le marché du travail.

Source : Journal de Québec, publié le 16 mars 2015

Immigration: la proposition caquiste est insensée, selon Couillard

La nouvelle politique d’immigration que propose la Coalition avenir Québec (CAQ) est «insensée», estime Philippe Couillard. Le premier ministre s’est insurgé mardi contre la volonté de la CAQ de montrer la sortie aux immigrants qui n’arrivent pas, à terme, à s’intégrer à la majorité francophone, au marché de l’emploi et aux «valeurs québécoises».

Source : La Presse.ca, publié le 17 mars 2015

Échec de l’intégration

La ministre de l’Immigration, Kathleen Weil, rappelait il y a quelques jours que l’un des objectifs de son ministère est « d’assurer la pérennité des fondements de la nation québécoise, de son identité distincte en Amérique du Nord et du français, langue commune ». C’était à la conclusion d‘audiences tenues en vue de l’adoption d’une nouvelle politique d’immigration.

Source : Le Devoir, publié le 18 mars 2015

Assurance-emploi: des travailleurs du crabe devront rembourser des milliers de dollars

(Gaspé) Environ 300 employés de l’usine E. Gagnon et Fils de Sainte-Thérèse-de-Gaspé devront rembourser chacun entre 500 $ et 4000 $ à l’assurance-emploi, après avoir cumulé leurs heures afin d’améliorer leurs prestations. Cette pratique, illégale, est répandue et était tolérée jusqu’ici dans les secteurs de la transformation des produits de la mer et du tourisme, indique un observateur.

Source : La Presse, publié le 19 mars 2015

Des milliers de personnes manifestent à Montréal

Une manifestation pour dénoncer les mesures d’austérité du gouvernement Couillard a attiré quelques milliers de personnes samedi au parc Émilie-Gamelin, au centre-ville de Montréal.

Source: Le Devoir, publié le 21 mars 2015

Développement local et communautaire

Le premier ministre du Québec rencontrera la coalition « Touche pas à mes régions! »

La coalition « Touche pas à mes régions! », dont fait partie la Conférence régional des élus de la Chaudière-Appalaches, a obtenu la confirmation d’une rencontre avec le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Lors de cette rencontre, qui aura lieu dans deux semaines, il sera notamment question de la planification d’un chantier Québec-régions, ainsi que de l’importance de reconnaître et de financer des instances régionales de concertation et de développement où la société civile est partie prenante.

Source : En Beauce, publié le 17 mars 2015

«Pas de vision» pour les régions

Après avoir coupé les vivres aux Centres locaux de développement (CLD), le gouvernement en remet en dénigrant les régions, dénonce le député de Johnson, André Lamontagne.

Source: La Voix de l’Est, publié le 19 mars 2015

Économie – Finances – Travail

Rapport Godbout – Leitão n’écarte pas une hausse de la TVQ

Le min­istre des Fi­nances, Car­los Leitão, est déter­miné à réduire l’impôt sur le revenu de façon im­por­tante en com­pen­sant le manque à gag­ner par des ponc­tions d’une autre na­ture.

Source : Le Devoir, publié le 19 mars 2015

Les moyens perdus de l’État

Le rapport Godbout permettra-t-il de stimuler l’économie du Québec, d’encourager le travail et de permettre surtout à l’État d’engranger des revenus essentiels à la poursuite des missions qu’il s’est données, dans la mesure où il veut conserver toutes ces missions?

On verra, comme dirait un célèbre politicien! Mais, entre-temps, un petit coup d’œil dans le passé nous permet de constater que les gouvernements du Québec et du Canada ont largement contribué à l’assèchement de leurs capacités financières.

Source: Radio-Canada, publié le 18 mars 2015

Rapport Godbout : sur papier et dans la réalité

Le rapport Godbout sur la fiscalité regroupe un ensemble de propositions qui ne seront certainement pas toutes adoptées par le gouvernement Couillard. Mais, c’est une réflexion, c’est un apport important pour rendre plus efficace la fiscalité du Québec. Du moins, c’est ce qu’annoncent les commissaires qui ont retourné toutes les pierres de la fiscalité depuis huit mois, des taxes sur les couches pour enfants aux crédits d’impôt pour les aînés, en passant par l’impôt des PME et la myriade de mesures fiscales et crédits de toutes sortes pour les particuliers et les sociétés

Source: Radio-Canada, publié le 20 mars 2015

Situation inquiétante chez les jeunes

Les plus récents chiffres de l’emploi au Québec ont été dévoilés et le taux de chômage chez les jeunes est alarmant. En effet, le taux de chômage chez les moins de 25 ans a atteint 13,4 % en février. Le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ) s’en inquiète grandement puisque le taux de chômage des jeunes dépasse de 6 points le taux de chômage de la population active.

Source : Journal Express, publié le 16 mars 2015

La participation des 60 ans et plus sur le marché du travail a-t-elle réellement augmenté au Québec?

Les travailleurs de 60 ans et plus sont plus nombreux à détenir un emploi. Ce n’est pas qu’une question de vieillissement de la main-d’œuvre, les 60 ans et plus participent davantage au marché du travail. On note, par ailleurs, que le temps partiel gagne en popularité dans leurs rangs. Malgré ce rehaussement de l’emploi, le Québec se situe en deçà de la moyenne canadienne, de l’Ontario, de l’Alberta et des États-Unis. Toutefois, les travailleurs québécois n’ont pas dit leur dernier mot. Les besoins pressants des entreprises pour de la main-d’œuvre formée et expérimentée, la tertiarisation du monde du travail et l’augmentation de l’espérance de vie sont quelques-unes des raisons qui permettront d’accroître la participation des 60 ans et plus dans les années à venir. Pour les entreprises, cela réduira quelque peu le casse-tête du recrutement de la main-d’œuvre qualifiée; pour les travailleurs, c’est une façon de poursuivre la vie active. Voici un tour d’horizon rapide qui permet de mesurer le chemin parcouru depuis près de 40 ans.

Source: Desjardins – Études économiques, publié en février 2015

Budget fédéral 2015 – Le fractionnement du revenu pourrait encourager les femmes à quitter leur emploi

Les femmes pourraient être tentées de quitter le marché du travail avec l’entrée en vigueur du fractionnement du revenu, a signalé mardi le directeur parlementaire du budget (DPB). Du bout des lèvres, Jean-Denis Fréchette a soufflé que la mesure phare du gouvernement conservateur pourrait avoir cet impact.

Source : Radio-Canada.ca, publié le 17 mars 2015

L’emploi recule chez les hommes tandis que les femmes font des gains

L’em­ploi n’a guère bougé glob­ale­ment au Québec en 2014, après qua­tre années de crois­sance. Et ce sont les femmes qui ont fait quelques gains, révèle l’In­sti­tut de la sta­tis­tique du Québec, dans son État du marché du tra­vail pour l’année 2014 qu’il a rendu pub­lic mer­credi.

Source : Le Devoir, publié le 19 mars 2015

Publications récentes :