12
janvier
2015
Semaine du 5 au 11 janvier 2015

Insertion et intégration en emploi

Compressions à l’aide sociale: Québec passe à l’action

Le gouvernement Couillard annoncera sous peu une série de mesures de compression à l’aide sociale, des changements réglementaires visant avant tout à maintenir l’incitation au travail pour les personnes à faibles revenus, tout en comblant quelques trous dans le programme de dernier recours.

Source : La Presse, publié le 7 janvier 2015

Révolution à venir à l’aide sociale

Le ministre François Blais prépare une révolution à l’aide sociale et dans le monde de la formation professionnelle au Québec. D’ici moins d’un an, les entreprises pourront utiliser les 1,1 milliard $ qu’elles doivent consacrer à la formation de leurs employés – la fameuse et tant décriée «politique du 1 %» – à une autre fin. Elles pourront s’en servir pour offrir des stages rémunérés à des étudiants ou à des personnes en apprentissage.

Source : Le Soleil, publié le 8 janvier 2015

Réforme à l’aide sociale: les groupes de défense dénoncent une «attaque»

Les groupes de défense des personnes assistées sociales sont en colère. Les changements envisagés à l’aide sociale par le gouvernement de Philippe Couillard constituent une «attaque», selon eux.

Source : Le Soleil, publié le 9 janvier 2015

Prévenir le «BS»

Mettre plus de «BS» aptes au travail à l’ouvrage et favoriser les stages en entreprise très tôt dans la formation scolaire. Ces deux objectifs du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, susciteront l’adhésion de bon nombre de Québécois s’ils sont assurés que les besoins de main-d’oeuvre des entreprises ne prendront pas le dessus sur ceux des individus. La formation de base, celle qui permet à une personne de faire des apprentissages tout au long de sa vie, ne doit pas être escamotée.

Source : Le Soleil, publié le 9 janvier 2015

Vaste chantier, M. le ministre…

Tous les ministres responsables de l’aide sociale et de l’emploi qu’il m’a été donné de connaître depuis deux décennies ont exprimé le même souhait: identifier les mesures les plus efficaces pour aider les bénéficiaires à retrouver leur place sur le marché du travail. Une question d’économie, bien sûr, mais également de dignité de la personne.

Le ministre François Blais n’échappe pas à cette règle. Mais les changements qu’il nous a présentés, mercredi, constituent un vaste chantier qui demandera du travail et du temps. Si le premier ministre Philippe Couillard a déjà songé à lui confier un autre poste, il devra patienter. François Blais s’intéresse à ces questions depuis longtemps, il a déjà publié sur le sujet, et il annonce des changements qui exigeront un accompagnement ministériel solide et articulé.

Source : Le Soleil, publié le 9 janvier 2015

Formation et éducation

Loi du 1 % sur la formation professionnelle: un échec, juge le patronat

Selon les associations patronales, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, ferait oeuvre utile en jetant par-dessus bord la loi forçant les employeurs à investir en formation au moins 1 % de leur masse salariale. À leur avis, cette loi est un échec.

Source : Le Soleil, publié le 9 janvier 2015

Promotion et défense des droits

Un front social prend forme contre Couillard

Un véritable front social s’organise et fourbit ses armes pour freiner les ardeurs du gouvernement Couillard, qui désire atteindre l’équilibre budgétaire à tout prix cette année. Dimanche, c’était au tour de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) d’annoncer que ses membres sont plus mobilisés que jamais pour se battre contre les mesures d’austérité que désire imposer Québec.Un véritable front social s’organise et fourbit ses armes pour freiner les ardeurs du gouvernement Couillard, qui désire atteindre l’équilibre budgétaire à tout prix cette année.

Source : Le Devoir publié le 5 janvier 2015

Compressions- La CSN prédit une « rupture » en 2015

Loin de s’essouffler, les manifestations en tous genres contre le gouvernement de Philippe Couillard vont reprendre de plus belle en 2015, prévient la CSN.

Le président de la centrale syndicale, Jacques Létourneau, a rencontré la presse, lundi à Montréal, pour faire son bilan de l’année 2014 et annoncer ce qui s’en vient en 2015. Et le sujet incontournable, pour la CSN, sera la négociation dans les secteurs public et parapublic.

Quelque 170 000 membres de la CSN seront directement touchés par la négociation dans les secteurs public et parapublic. Les contrats de travail viendront à échéance le 31 mars prochain et les négociations s’annoncent ardues, avec des offres patronales de gel pendant deux ans, suivi d’augmentations successives de 1 % pendant trois ans.

Source : Le Devoir publié le 6 janvier 2015

La dernière adresse des sans-abri

Un sans-abri sur cinq a plus de 55 ans: le vieillissement de la clientèle frappe de plein fouet les refuges montréalais, qui doivent de plus en plus composer avec l’incontinence, la démence et les problèmes de santé complexes. Seules de très rares ressources offrent à ces vieux sans-abri un endroit pour déposer les armes. Aujourd’hui, nous visitons la maison J.A. De Sève, l’équivalent d’une résidence pour personnes âgées pour les sans-abri, où ces vétérans de la rue viennent finir leurs jours.

Source : La Presse, publié le 5 janvier 2015

Rembourser 10 années de mendicité: Est-ce votre Québec?

Le journaliste Philippe Teisceira-Lessard, du journal La Pressenous informait en fin de décembre 2014 qu’un couple, dont une femme handicapée, doit rembourser 25,738 $ pour 10 années de mendicité (demandait des dons aux passants) parce qu’il recevait une prestation d’aide sociale.

Source : Huffington Post, publié le 5 janvier 2015

Un nouveau métier: quêteux

En 2014, François Blais, ancien doyen de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, devenu ministre libéral de l’Emploi et de la Solidarité sociale, a clairement dit que les pauvres devraient choisir entre l’assistanat minimal de l’État ou la charité publique. Jadis promoteur d’un revenu minimum garanti universel, ce nouvel apôtre de la pensée néolibérale à la Couillard tranche et crée ainsi un nouveau métier : quêteux. Dans les faits, il vient de créer au Québec 25 000 nouveaux emplois : le quêteux : un individu (femme ou homme) dont la fonction principale est de recueillir de l’argent en demandant la charité. La charité devient une forme d’assistanat au même titre que l’aide sociale. Adieu État-providence.

Source : Le Devoir, publié le 7 janvier 2015

Coupes à l’aide sociale – Une poutre dans l’œil

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté déplore que le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, monsieur François Blais, semble plus préoccupé par les « abus » pouvant discréditer l’image de l’aide sociale que par la réalisation de la mission première de ce programme, qui est d’assurer aux personnes un revenu leur permettant de couvrir leurs besoins de base.

Source : CNW Telbec, publié le 8 janvier 2015

Développement local et communautaire

Point chaud – L’austérité vue de la Matapédia

Préfet d’une des MRC les plus dynamiques du Québec, Chantale Lavoie reproche au gouvernement libéral de n’avoir rien compris aux aspirations des régions.

 » Il ne faut pas que le gouvernement dise aux collectivités quoi faire. Il faut que les collectivités soumettent leur plan au gouvernement et lui demandent d’embarquer « , a-t-elle résumé lors d’un long entretien accordé pendant le congé des Fêtes.

Source : Le Devoir publié le 5 janvier 2015

Le développement régional au cœur des élections fédérales

En vue des élections fédérales qui se tiendront cette année, des élus de l’Est du Québec commencent à cibler les enjeux régionaux qui caractériseront ce 42e scrutin. Le développement des infrastructures, l’économie régionale et la réforme de l’assurance-emploi font notamment partie des priorités.

Source : Ici Radio-Canada, publié le 5 janvier 2015

Économie – Finances – Travail

Emploi – Décembre déçoit au Québec et au Canada

Les perspectives sont bonnes pour 2015, mais la chute des prix du pétrole risque de modifier le portrait du marché du travail.

Après un sursaut chaudement accueilli en novembre, le marché de l’emploi québécois a de nouveau reculé en décembre avec la perte de 6700 postes et clôt ainsi l’année 2014 en terrain négatif. La baisse de l’emploi à l’échelle du Canada a également déçu les analystes, qui gardent malgré tout espoir pour 2015.

Source : Le Devoir publié le 10 janvier 2014

Publications récentes :